Observations en date du 3 décembre 2016

 

 

Accueil

 

Blog sur les observations

et photographies

 

Blog d’actualités

 

Livre d'Or du site

 

Contact

 

Sites amis

 

Informations légales

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous l'image acquise au Champ du feu dans la nuit du 3 au 4 décembre 2016, de haute lutte compte-tenu des conditions météos extrêmes (vent glacial et continu de 20 heures jusqu'à 0 H 30 environ et qui est retombé ensuite).

 

Toutes mes photos brutes acquises entre 20 H (heure à laquelle j'ai commencé mes acquisitions) et 0 H 30 ont été sans exception gâchées par le vent, malgré les temps de pose courts (31 secondes) qui avaient été adoptés en espérant que cela permette à certaines de passer au travers des mailles du filet...

 

Une fois le vent retombé vers 0 H 30, quasiment toutes les poses étaient devenues exploitables mais la batterie de mon télescope a rendu sa dernière impulsion peu après 1 H 30 stoppant alors net mon travail.

 

Sur environ 100 poses exploitables, acquises dans ce court laps de temps, j'en ai retenu 71 puis les ai compositées.

 

Vous reconnaîtrez bien entendu l'amas des Pléiades (M45), que je tenais à photographier ce soir-là parce qu'il s'agit d'un objet assez facile à imager (la contrainte du vent ne permettant pas de se consacrer à des objets plus "pointus").

 

D'un côté je suis content d'avoir pu réaliser une image au cours de cette nuit car je ne l'espérais pas, de l'autre je suis un peu déçu car le temps de pose total avait donc été écourté par la batterie de mon télescope alors que les conditions étaient - enfin - devenues favorables.

 

Il est cocasse de noter que la distance nous séparant de l'amas des Pléiades - telle que mesurée par le satellite Hipparcos c’est-à-dire 120,2 parsecs environ - était sujette à controverses.

 

Des scientifiques utilisant une technique d'interférométrie par ondes radios ont réévalué cette distance à environ 136,2 parsecs (Magazine Science 29 août 2014). Il s'agit de la mesure de la distance des Pléiades la plus précise réalisée à ce jour.

 

Par ailleurs et chose que j'ignorais, il semble que les Pléiades ne se soient pas formées au sein du nuage de poussières dans lequel elles évoluent actuellement mais qu'elles aient simplement croisé ce nuage sur leur route. A confirmer toutefois...

 

 Profitez-bien de cette photo de famille et de groupe car les sept soeurs d'ici à 250 millions d'années devraient se séparer, les forces de gravité au sein de l'amas étant a priori insuffisantes pour les maintenir ensemble...

 

Ci-dessous tout d'abord l'amas des Pléiades :