Observations en date du 29 décembre 2016

 

 

Accueil

 

Blog sur les observations

et photographies

 

Blog d’actualités

 

Livre d'Or du site

 

Contact

 

Sites amis

 

Informations légales

 

Nous avons passé une très belle nuit au Champ du feu du 29 au 30 décembre 2016.

 

Beaucoup de brouillard en plaine mais une fois arrivés en altitude ce brouillard s'est dissipé pour laisser place à un ciel totalement dégagé.

 

Le fond de ciel était toutefois légèrement laiteux. La Voie Lactée apparaissait mais de manière terne, sans relief, loin de sa majestuosité habituelle. Ce constat nous le faisons depuis quelques mois maintenant et je pense que cela est lié à l'humidité présente dans les couches atmosphériques.

 

Les températures étaient bien plus supportables que la fois précédente. Légèrement négatives en soirée, elles ont augmenté en cours de nuit pour finir par atteindre environ 3 °C ! (contre - 4°C en plaine au même moment)

 

Malheureusement contrairement à ce que j'espérais le vent bien que discret était présent en première partie de nuit. Ce n'est que tardivement que les petites rafales ont laissé place à un calme plat.

 

Nous avons pu observer plusieurs bolides dont l'un a été assez lumineux pour éclairer le sol et l'autre pour que je voie son flash se refléter dans... la vitre d'une voiture stationnée à côté de moi.

 

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous l'image acquise au cours de cette nuit, à savoir celle de NGC 2237 (Nébuleuse de la Rosette) et de NGC 2244 (amas ouvert).

 

Il s'agit d'un compositage de 46 poses de 59 secondes chacune, sans autoguidage (comme pour toutes mes précédentes images).

 

Le suivi ne repose ainsi que sur la mise en station du télescope.

 

La nébuleuse NGC 2237, relativement basse sur l'horizon, est difficile à imager sans filtre bloquant la lumière des vapeurs de sodium. Elle dépasse péniblement les 40° d'élévation et est - sur une bonne partie de son trajet - noyée dans la pollution lumineuse affectant l'horizon. J'ai préféré jeter les poses photographiques réalisées quand elle était encore sous les 30 ° d'élévation car la nébuleuse se confondait alors avec l'humidité du ciel surplombant l'horizon (et la pollution lumineuse de la plaine que cette humidité réfracte vers le massif Vosgien).

 

Ma focale trop importante ne permet malheureusement pas d'imager sans réducteur la totalité de cette nébuleuse.

 

Vous pouvez voir au coeur de la Nébuleuse une cavité formée par le jeune amas d'étoiles NGC 2244. Après que les étoiles se soient formées par contraction du gaz environnant et qu'elles aient initié leur processus de fusion nucléaire, le reste des gaz et poussières alentour a été chassé par leur souffle créant cette cavité. Les gaz ainsi soufflés peuvent ensuite s'accumuler ailleurs, s'y re-condenser et former le cas échéant de nouvelles étoiles. La nature est bien faite. Il s'agit d'un processus classique observable au sein de nombreuses nébuleuses. Avant de resplendir de tous leurs feux à la vue de tous, les étoiles naissent dans l'intimité. Vous observerez également à droite de la cavité centrale des couloirs obscurs de poussières qui sont probablement des lieux de formation de nouvelles étoiles et qu'il serait intéressant d'imager en IR.

 

A noter que sur cette image, les courbes RVB ont été alignées aussi précisément que possible (la balance des couleurs parfaite n'existe cependant pas).

 

Cela donne à la nébuleuse une couleur inhabituelle mais naturelle, avec les étoiles de l'amas NGC 2244 qui apparaissent en bleu soit également leur couleur naturelle puisqu'il s'agit d'étoiles chaude de type O.