Observations en date du 24 mars 2018

 

 

Accueil

 

Blog sur les observations

et photographies

 

Blog d’actualités

 

Livre d'Or du site

 

Contact

 

Sites amis

 

Informations légales

 

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous une message relatif à ma sortie du samedi 24 mars 2018 au Champ du feu.

 

Séléné régnait majestueusement au sein d'une voûte céleste exempte de nuages tandis que l'horizon était encore paré des restes de son décor hivernal en souffrance.

 

Les températures étaient un peu plus froides que prévu (légèrement négatives ce qui était probablement lié à la présence de neige résiduelle et à l'albédo qui en résultait).

 

Toutefois le vent était faible, voire nul en fin de soirée, de sorte que les conditions restaient agréables.

 

Quant à la turbulence, je ne sais pas quoi en penser. Quasi imperceptible à faible grossissement, elle était omniprésente à fort grossissement (les images ne cessant alors de se déformer et de se tortiller).

 

Je doute que le "seeing" (qui va de I à V, du meilleur au pire, sur l'échelle d'Antoniadi) était aussi bon que ce qui était annoncé.

 

Le centre d'intérêt de ma soirée était bien évidemment la Lune, qui était assez haute et en quartier, offrant de très belles formations géologiques à observer sur le terminateur.

 

Lors de cette soirée j'ai utilisé alternativement mon appareil photo (en mode vidéo) et la caméra planétaire que j'ai acquise il y a environ un an.

 

Toutes les images ont été réalisées avec une Barlow x5 et un télescope de 200 mm de diamètre.

 

Vous observerez tout d'abord ci-dessous l'une des plus belles chaînes de montagne lunaire, à savoir celle des Apennins.

 

Cette chaîne de montagne comporte certains des plus hauts sommets lunaires dont le grand Mont Huygens, qui culmine à une altitude - d'environ - 5 000 mètres. Toutefois, il ne s'agit pas du point le plus élevé de la Lune lequel se situe en effet sur la face cachée.

 

J'ai placé une flèche jaune marquant l'emplacement supposé (sauf erreur de ma part) du Mont Huygens ; vous y observerez également des flèches bleues en haut à gauche marquant l'emplacement de rainures ou rima (notamment celle d'Hyginus) qui sont probablement d'anciens conduits de lave dont le plafond se serait par suite effondré :

 

La balade lunaire se poursuit avec le bel ensemble formé par les cratères Ptolémée, Alphonse et Arzachel.

 

Pour ces cratères, le zoom numérique de l'appareil photo avait été activé. Ce zoom n'est pas un gadget comme la plupart des zooms : il recentre en effet l'image sur le capteur de l'APN permettant de profiter de sa pleine résolution même en mode vidéo et le gain de détails par rapport à la précédente image est immédiatement perceptible ; les images résultantes étant trop grandes (bien plus que ce qui peut en être vu ici), les trois cratères ne tenaient pas tous dans le même champ de sorte que j'ai dû réaliser une mosaïque de deux images :

 

Je me suis par suite amusé à réaliser la même image avec la caméra planétaire. Bien que l'image finale soit un peu plus petite (l'APN bénéficie probablement par rapport à la caméra d'un effet tirage dû à la plus grande distance du capteur par rapport à la lentille de la Barlow), on gagne néanmoins encore en résolution. La taille des photosites n'étant pas beaucoup plus petite, cela est dû à mon avis plus à la cadence permise par la caméra qui fige mieux la turbulence mais également au fait que les images sont moins bruitées, facilitant leur traitement :

 

 

 

A noter que cette fois-ci (contrairement à mes précédents essais), j'avais couplé mon ordinateur à un disque dur SSD relié par port USB 3, permettant ainsi un débit d'écriture de données plus rapide.

 

Enfin, notre promenade lunaire s'achève ci-dessous avec les Alpes (projetant leur ombre immense) et la Vallée des Alpes (que vous apercevez à droite de l'image) :

 

Avec des instruments à fort diamètre, par bonnes conditions de seeing et d'ensoleillement de la Lune, une étroite faille (large de 600 à 700 mètres) sillonnant le coeur de cette Vallée sur toute sa longueur peut parfois transparaître.

 

Un ami de la SAFGA (Benoît) m'a toutefois fait remarquer que la rainure de la Vallée des Alpes apparaît sur cette image. 

 

Effectivement, après revérification il s'avère que cette rainure apparaît de manière très très faible mais on peut la discerner.

 

Cela signifierait que sur cette image on atteindrait une résolution qui permette de discerner des détails légèrement inférieurs au kilomètre alors même que l'ensoleillement de la Lune n'était pas favorable.

 

J'insère ci-dessous une image où j'ai marqué en jaune l'endroit où la rainure me semble apparaître (sauf erreur de ma part) :