Observations en date du 18 mars 2016

 

 

Accueil

 

Blog sur les observations

et photographies

 

Blog d’actualités

 

Livre d'Or du site

 

Contact

 

Sites amis

 

Informations légales

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous mes dernières images réalisées à Cosswiller (Alsace) en date du 18 mars 2016.

 

Les conditions météorologiques étaient suffisantes pour du planétaire (absence de nuages mais léger voile).

 

En début de soirée il n'y avait que peu de turbulence, bien que celle-ci se soit très nettement renforcée ensuite.

 

1/ Cratère Copernicus et Carpates lunaires

 

Initialement, j'avais prévu de sortir le lendemain pour imager la formation géologique Sinus Iridum, mais la météo en a décidé autrement si bien que j'ai dû changer de cible pour le cratère Copernicus.

 

Il s'agit d'une formation relativement jeune (810 millions d'années) et donc bien conservée de 93 km de diamètre s'enfonçant jusqu'à 3 760 mètres de profondeur, contenant en son centre une petite montagne s'élevant en pente douce à 1 200 mètres d'altitude maximum.

 

En haut du cratère Copernicus sur l'image se trouve le cratère Gay-Lussac, lui-même situé à droite de la Rima (rainure) Gay-Lussac. Dans cette zone commencent les Carpates lunaires, massif montagneux dont l'altitude moyenne oscille entre 1000 et 2000 mètres.

Cliquer ICI pour agrandir l’image

 

2/ Sinus Iridum et Dorsum Heim

 

Comme indiqué plus haut, l'objet que je tenais à imager dernièrement était la formation géologique Sinus Iridum (Golfe des Iris).

 

J'avais prévu de le faire le samedi 19 mars 2016 lorsque la phase lunaire était favorable, mais la météo en a décidé autrement et finalement j'ai imagé le cratère Copernicus la veille soit le vendredi 18 mars 2016 (la fenêtre météo se refermant ce soir-là).

 

Par curiosité et "nostalgie", je m'étais alors toutefois intéressé à la zone contenant le Golfe des Iris et me suis aperçu quelle montrait de beaux jeux de lumières.

 

Je me suis donc finalement employé à réaliser une image de celle-ci.

 

Le résultat est inséré ci-dessous.

 

Vous pouvez observer en avant plan la Mer des Pluies, avec deux cratères bien marqués (le Verrier et Helicon), puis un système de dorsa (rides) généré par le refroidissement des roches en fusion (lesquelles se sont alors contractées).

 

Bien que l'altitude de ces dorsa soit très faible (je ne connais pas le chiffre exact mais elle ne devrait pas dépasser quelques centaines de mètres au maximum), l'une d'elles (Dorsum Heim) parvient à stopper la lumière du Soleil qui ne fait qu'effleurer la surface.

 

En arrière-plan de l'image, vous pourrez admirer la magnifique forme en demi-cercle du Golfe des Iris, lequel est encore plongé dans la pénombre alors que le Soleil commence tout juste à s'y lever.

 

Cette structure cratériforme est bordée par le massif du Jura, dont seuls les sommets les plus élevés parviennent - sur cette image - à renvoyer un faible halo lumineux, la base du massif restant pour sa part encore dans l'obscurité.

 

La partie droite (sur l'image) du Golfe des Iris est particulièrement intéressante à observer.

 

Cette partie est en effet un peu mieux éclairée et laisse entrevoir quelques reliefs projetant des ombres immenses sur le sol de basalte, dont le promontorium Laplace (cap qui ferme la structure en demi-cercle).

 

Un peu plus en retrait à l'extérieur du Golfe sur sa droite (par rapport à l'image) se trouve le Mont Recti, montagne esseulée dans la Mer des pluies et dont l'altitude maximale atteint 1800 mètres.

 

La perspective de la Mer des pluies fermée en un demi-cercle pourrait rappeler d'autres perspectives terrestres réalisées par l'Homme, comme par exemple les jardins d'isola Bella en Italie, de sorte qu'on ne peut pas s'empêcher de lui trouver un aspect étrangement familier en la voyant.

 

D'autres y verront tout simplement... un Golfe.

Cliquer ICI pour agrandir l’image

 

 

3/ Clavius et Longomontanus

 

Vous reconnaitrez près du limbe le célèbre cratère Clavius de 231 km de diamètre environ (selon fiche de l’UAI), avec - présents au sein de son arène - ses petits cratères secondaires (dont certains se suivent par ordre décroissant de taille et trois autres - très petits - sont parfaitement alignés) outre sa montagne.

 

L’élévation de l’enceinte de Clavius au-dessus du sol externe environnant serait presque nulle. Toutefois, l’enceinte pourrait s’élever, selon certaines sources, à près de 4 000 mètres au-dessus de l’arène interne.

 

Les cratères Porter et Rutherford ponctuent cette enceinte.

 

Vous noterez également, en haut à gauche de Clavius sur l’image, le cratère Longomontanus et sa superbe enceinte au relief sinueux et tourmenté - comme si elle avait été sculptée par un ruissellement - dévalant près de 3 500 mètres plus bas vers l’arène.

 

Cette arène contient également une petite montagne.

 

Ci-contre un rappel du dispositif utilisé lors de cette soirée pour imager la Lune : T200/1000 ; Barlow x2 ; appareil photo en mode vidéo. Ce dispositif ne permet pas d'atteindre la résolution du télescope et ne délivre ainsi qu'un sous-échantillonnage.

Cliquer ICI pour agrandir l’image

 

4/ Jupiter

 

Je joins également une image de Jupiter, réalisée juste avant que la grande tâche rouge ne passe de l'autre côté de la planète compte tenu de la rotation rapide de celle-ci.

 

La veille, une explosion à la surface de Jupiter avait pu être captée par des astronomes amateurs.