Observations en date du 16 février 2019

 

 

Accueil

 

Blog sur les observations

et photographies

 

Blog d’actualités

 

Livre d'Or du site

 

Contact

 

Sites amis

 

Informations légales

 

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous mon CROA (compte-rendu d'obervation astronomique) de ma soirée du 16 février 2019 à Cosswiller.

 

Arrivé sur site vers 17 heures, il y avait alors un paquet nuageux qui s’est progressivement évacué vers le Nord-Est. Ces nuages ont disparu totalement avant le crépuscule et les cirrus annoncés par certains sites météo ne sont pas venus (avec l’éclat de la Lune je les aurais vus). Le ciel était parfaitement dégagé.

 

Venons-en maintenant à ce pourquoi j’étais venu ce soir-là, à savoir la belle Séléné.

 

Aristarque :

 

Plus précisément, mon objectif de cette soirée était d’imager une zone lunaire d’un grand intérêt : le cratère Aristarchus (Aristarque) et son environnement.

 

Vous trouverez ci-dessous une image de ce cratère.

 

Il s’agit de 100 images compositées, réalisées avec caméra planétaire.

 

Je précise que contrairement aux prévisions de certains sites météo, les couches atmosphériques n’étaient pas stables au cours de cette soirée (les images de la Lune observées en direct se déformant, certes pas à très haute fréquence, mais néanmoins en permanence).

 

Si j’avais déjà vu pire en matière de turbulence, j’avais aussi vu beaucoup mieux…

 

Aristarque est le cratère le plus lumineux qui apparaît sur l’image ci-dessous. Son pic central commençait juste à émerger de l’obscurité (quelques minutes avant il n’était pas encore visible).

 

En bas à gauche à côté d’Aristarque, il y a le cratère Herodotus (Hérodote) d’où semble prendre « source » une large et sinueuse vallée (Vallée de Schröter) serpentant au travers d’un plateau volcanique.

 

Au Nord-Ouest de cette vallée, en limite du terminateur, un point blanc éclatant transperce l’aube lunaire et renvoie les premiers rayons du Soleil : il s’agit du Mont Hérodote.

 

A l’opposé, au Nord-Est d’Aristarque se trouve un cratère en partie recouvert de lave et en forme de fer à cheval à savoir Prinz, avec au Nord-Est de celui-ci les Monts Harbinger.

 

A l’Est de Prinz et au Nord d’Aristarque apparaît Rupes Toscanelli, un mur lunaire. De sa partie Sud partent de fines rainures (rimae) remontant vers le Nord et permettant de tester le pouvoir de résolution du télescope.

 

 

Les objets qui vont suivre ne faisaient pas partie de mes objectifs, ces derniers étant déjà trop éclairés (il aurait été idéal de les imager un jour plus tôt si j’avais pu).

 

Je les considère ainsi comme de petits « bonus », à refaire lorsque les conditions seront idéales.

 

Sinus Iridum (Golfe des Iris) :

 

Vous trouverez encore ci-dessous une image du Golfe des Iris (compositage de 100 images), cerclé par le Mont Jura, lui-même impacté du cratère Bianchini.

 

Le Golfe des Iris est probablement la formation lunaire que j’apprécie le plus et qui est tout simplement grandiose lorsqu’il est situé sur le terminateur, éclairé par la lumière rasante du Soleil.

 

Malheureusement sur l’image ci-dessous le Golfe est déjà trop illuminé, écrasé par la lumière du Soleil.

 

Sur l’image, l’extrémité Est du Mont Jura (Promontorium Laplace) est en haut et l’extrémité Ouest (Promontorium Heraclides) en bas.

 

Image à refaire, et dans le « bon » sens, lorsque le Golfe sera sur le terminateur et que la turbulence sera faible.

 

 

Gassendi :

 

Cent images ont également été compositées.

 

Idem observation supra au sujet de la phase lunaire : ce cratère était alors déjà un peu trop éclairé (un jour avant aurait été l’idéal).

 

Lorsqu’il est présent sur le terminateur, les rayons du Soleil lui donnent un aspect mystérieux. Ils mettent en valeur les rainures qui sillonnent son fond, les collines et la montagne centrale qui le tapissent, le tout dans un subtil jeu d’ombres et de lumières.

 

Ici Gassendi est presque autant écrasé par la lumière que le Golfe des Iris.

 

Le cratère secondaire qui a frappé son enceinte est Gassendi A.

 

Au bas de cette image se trouve par ailleurs le cratère Mersenius dont le fond est criblé d’une série d’impacts en ligne droite.

 

A gauche de l’image se situe un cratère sympathiquement dénommé Billy.

 

 

Une fois les acquisitions d’images lunaires terminées, la Lune fût observée à l’oculaire et franchement elle mérite d’être redécouverte. Quel spectacle !

 

A noter qu’au cours de cette nuit, je fus accompagnés des cris rauques et réguliers d’une bête que je n'ai pu identifier, en provenance du Nord (de la forêt). Si cela avait été la saison du brame j’aurais dit qu’il s’agissait d’un cerf.

 

Plus troublant encore, à ces cris rauques répondaient systématiquement ceux, aigus, d’un oiseau. Chouette ou hibou ? Une fable de Lafontaine se jouait-elle dans la forêt de Cosswiller ?

 

P.S. : mon "setup" : télescope Newton T200/1000 ; Barlow x 5 ; caméra planétaire