Observations en date du 30 mars 2019 :

Spectre de l’étoile Y CVN

et au cœur de l’amas globulaire M3

 

 

Accueil

 

Blog sur les observations

et photographies

 

Blog d’actualités

 

Livre d'Or du site

 

Contact

 

Sites amis

 

Informations légales

 

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous mon CROA (compte-rendu d’observations astronomiques) au sujet de notre soirée du 30 mars 2019 au Champ du feu.

 

A mon arrivée en fin d’après-midi il y avait des nuages qui se sont étiolés au crépuscule, laissant place à quelques fins voiles translucides qui se sont à leur tour dissipés au fur et à mesure que la nuit progressait.

 

Le ciel en deuxième partie de nuit était magnifique, sans fond de ciel perceptible (ciel noir).

 

Les températures étaient fraiches mais il y avait par moment un courant d’air doux en provenance de l’Est, qui je suppose remontait de la plaine d’Alsace par un phénomène d’inversion thermique.

 

Je tenais à re-tester au cours de cette soirée ma caméra planétaire ASI 224 MC en spectroscopie.

 

En effet, mes précédents essais de cette caméra en spectroscopie démontraient une baisse de sensibilité dans le bleu bien plus forte que celle annoncée par le constructeur (selon courbes de transmission disponibles sur son site) et je soupçonnais la vitre de protection du capteur de filtrer ce bleu.

 

Lors d’une discussion récente avec un membre du personnel du célèbre magasin d’astronomie à COLMAR, celui-ci m’a proposé une autre vitre de protection, neutre.

 

Ainsi, plutôt que d’enlever la vitre comme je l’envisageais initialement pour refaire de nouveaux tests, je n’ai eu qu’à la remplacer.

 

J’avais choisi comme cible l’étoile Y CVN, dont j’ai déjà moultes fois évoqué le spectre par le passé.

 

Il s’agit d’une géante rouge « froide » en fin de cycle qui m’intéresse avant tout parce qu’elle émet très peu dans le bleu, ce qui permet de vérifier la sensibilité de la caméra dans ces longueurs d’onde d’autant que je connais bien les caractéristiques de son spectre.

 

Or, avec la nouvelle vitre de protection du capteur, il s’avère que les résultats obtenus par la caméra dans le bleu n’ont plus aucun rapport avec ceux que j’avais observés auparavant.

 

Le très faible rebond d’intensité lumineuse vers la longueur d’onde de 440 nanomètres apparaît cette fois.

 

Quant au second rebond d’intensité toujours dans le bleu mais vers 480 nanomètres, il apparaît de manière bien plus flagrante encore qu’avant (avec la précédente vitre il était moribond et peinait à s’élever).

Cf. spectre ci-dessous, dont les courbes d’intensité n’ont pas été calibrées :

 

 

Enfin je m’étais employé à utiliser également la caméra ASI pour faire de l’imagerie. J’avais opté pour le cœur de l’amas globulaire M3.

 

La résolution de l’image ci-dessous permet de séparer les étoiles contenues dans le cœur de M3, alors que le télescope utilisé n’est qu’un T200/1000.

 

Cet amas, localisable dans la constellation des Chiens de chasse, m’intéresse car il comporte une colonie d’étoiles bleues d’apparence jeunes alors que les amas globulaires sont réputés contenir de très vieilles étoiles.

 

Certains pensent qu’il s’agirait en fait de vieilles étoiles qui auraient été débarrassées de leurs couches externes plus froides du fait d’interactions entre elles, ce qui leur donnerait l’apparence de la jeunesse.

 

A noter que pour réaliser l’image du cœur de M3 ci-dessous, seules 133 poses de 5 secondes ont été compositées.

 

Je n’ai pas appliqué de réduction d’étoile…